Accueil » Tableau électrique : tout savoir sur les interrupteurs différentiels

Tableau électrique : tout savoir sur les interrupteurs différentiels

par Eliana
300 vues
Tableau électrique

Un interrupteur différentiel est un dispositif mis en place au sein d’une installation électrique, qui coupe l’alimentation en cas de perte de courant. Il représente un atout majeur pour tout circuit électrique et assure la protection des personnes en prévenant des risques d’électrocution. Ce dispositif joue ainsi un rôle crucial dans un circuit électrique. On identifie plusieurs types d’interrupteurs différentiels, chacun ayant une fonction spécifique. Toutefois, certaines notions seront nécessaires dans le cadre de l’installation de ce dispositif.

La différence entre un interrupteur différentiel et un disjoncteur différentiel

Au sein d’un tableau électrique divisionnaire, on retrouve deux types de dispositifs différentiels. Il s’agit entre autres des disjoncteurs différentiels et des interrupteurs différentiels, deux éléments qu’il faut faire attention à ne pas confondre.  Ce sont des dispositifs complémentaires, qui au vu de leur fonction au sein du tableau électrique sont indispensables. C’est d’ailleurs ce que précise la norme NF C 15-100 qui fixe les règles de réalisation, d’installation et d’entretien des systèmes électriques. Ces deux éléments sont d’ailleurs disponibles chez RS groupe, qui propose des produits de marques de grande qualité.

La fonction principale d’un interrupteur différentiel est d’assurer la protection des personnes contre les chocs électriques liés à un défaut de courant.  Ainsi, il cible les fuites de courant et interrompt l’alimentation du circuit lorsque la différence dépasse son seuil.  Ce dernier peut-être de 30 mA par exemple.  Le dispositif ne détecte pas les surcharges encore au moins les courts-circuits, il ne réagit donc pas lorsque la puissance est supérieure à ce que peut supporter le circuit. 

Quant au disjoncteur différentiel, il remplit la fonction d’interrupteur différentiel et de disjoncteur.  En effet, il détecte les surcharges et les courts-circuits puis coupe le courant pour mettre les appareils à l’abri. Le disjoncteur différentiel en plus d’assurer le bien-être des appareils, protège les personnes, les circuits électriques et le bâtiment. Étant plus cher, il était souvent délaissé au profit de l’interrupteur différentiel, que l’on se contentait juste d’installer en tête de chaque série de circuits. Mais depuis sa mise en vigueur, la norme NF 15-100 impose la généralisation des disjoncteurs différentiels au sein des systèmes électriques. 

Les différents types d’interrupteurs différentiels

Sur le marché, on retrouve trois types d’interrupteurs différenties : le type A, le type AC, le type B.  Le premier, est réservé aux circuits standards reliés aux prises électriques et éclairages. Tandis que, le second dit « spécialisé » est rattaché aux circuits qui alimentent les appareils tels que les machines à laver, les appareils de chauffage et de cuisson. Ensuite, le dernier type (type B) est réservé aux installations électriques d’appareils qui génèrent du courant continu tels que les éoliennes.  Par ailleurs, il existe aussi des interrupteurs différentiels de type Hpi, reliés aux circuits des systèmes informatiques et autres installations tels que les congélateurs.

Comment installer un interrupteur différentiel ?

Pour installer les interrupteurs différentiels, il faudra obligatoirement observer la norme NF C 15-100. Ces dispositifs sont installés sur le tableau d’abonnés, sur un rail et séparent les disjoncteurs divisionnaires du disjoncteur général. En ce qui concerne le câblage, les interrupteurs sont alimentés par le haut, via des ponts rattachés à la sortie du disjoncteur différentiel. 

Les interrupteurs différentiels s’installent par famille de circuit. Ainsi, il faudra installer un interrupteur différentiel pour les circuits de prises de courant, un autre pour les chauffages électriques, sans oublier celui qui convient au circuit éclairage. Les circuits reliés à la plaque de cuisson et les circuits spécialisés doivent aussi avoir leur interrupteur différentiel. Cependant, en pratique, la configuration peut changer, mais l’essentiel est de respecter le principe de protection individualisée des circuits.

Interrupteur différentiel : des dispositifs à contrôler régulièrement

Le rôle crucial joué par les interrupteurs différentiels au sein des installations électriques doit amener à effectuer des vérifications régulières. Ainsi, certains fabricants recommandent d’appuyer sur le bouton test au moins une fois par mois.  Si cette action n’abaisse pas immédiatement la manette de l’appareil puis n’entraîne une coupure du courant du circuit concerné, cela signifie que l’interrupteur est défectueux. De même, un contrôle annuel de la qualité de la mise à terre doit être fait, car l’état de cette dernière conditionne le bon fonctionnement de l’interrupteur différentiel et donc la sécurité des personnes.

Facebook Comments

Vous pouvez également aimer

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies